snudi.fo85@gmail.com

|couper{150}|attribut_html)" />

Syndicat Force Ouvrière des Instituteurs et Professeurs des Écoles de la Vendée
SNUDI-FO85 - 156 bd Louis Blanc - BP 399 - 85010 LA Roche-sur-Yon Cedex
TEL : 02.51.36.03.27 - FAX  : 09 56 09 72 96 - snudi.fo85@gmail.com


Le SNUDI FO 85 vous souhaite une bonne et heureuse année 2022 !
Publié; le 3 janvier 2022, mis à jour le 5 janvier 2022 | SNUDI-FO 85

En 2022, j’adhère au SNUDI FO 85, je renforce le syndicalisme indépendant !

Prochaine Réunion d’informations syndicales

Mercredi 12 janvier 14H-17H en visio
(lien envoyé aux inscrits)
Mercredi 26 janvier de 12h15 à 15h30 dans nos nouveaux locaux
(Ancien IUFM), 2ème étage, 156 boulevard Louis Blanc à La Roche-sur-Yon.

Une rentrée de janvier sous le signe du chaos généralisé organisé par le Ministre !

La situation dans les écoles était déjà chaotique et insupportable en décembre par manque d’enseignants remplaçants et en raison de la mise en œuvre difficile d’un protocole sanitaire aux contours déjà « flous ».

Le SNUDI FO a été reçu en audience par la DASEN 85 début décembre (voir notre compte rendu sur le site) après avoir rencontré le Recteur dès septembre pour revendiquer le recrutement sous Statut des personnes inscrites sur la liste complémentaire. Aucune réponse aux revendications n’a été apportée, aucune anticipation aux problématiques inévitables n’a été possible. Des élèves sont donc renvoyés chez eux faute de remplaçants…

Et le gouvernement poursuit son cap (voir le Compte rendu de la réunion au CT Ministériel du 29 décembre) et annonce ne pas vouloir recruter les enseignants sous statut en ayant recours à la liste complémentaire : il est question de recruter des contractuels et de recourir aux « jeunes retraités » !

Les dispositifs d’évaluation d’écoles et de formations en constellations rejetés par les collègues sont maintenus !

Pour la rentrée 2022, les annonces sur les « moyens » annoncés au CT Ministériel n’ont dupé personne  : le gouvernement dit « augmenter le nombre de postes » mais c’est en « comptant » les possibilités de recrutement de contractuels étudiants en M2 ainsi que les mises en responsabilité à plein temps des PES (et non à mi-temps avec mi-temps en formation comme cette année).

Un chaos généralisé avec la parution dimanche 2 janvier, (veille de la rentrée et par voie de presse !) d’un protocole « sanitaire » inapplicable avec modification des délais d’isolement ainsi qu’une FAQ revue (2 janvier en fin de journée !)

Selon cette FAQ, les écoles primaires passent au niveau 3 du protocole :

- si « plusieurs cas parmi les élèves , la classe est fermée pour 7 jours (décision prise avec ARS, Educ Nat et Préfecture). « Au sein des écoles maternelles et élémentaires, et dès lors que seuls sont admis des élèves justifiant d’un test ou d’un autotest négatif tous les deux jours, il n’y a plus lieu de fermer automatiquement la classe si trois cas positifs sont identifiés. » page 20

- « après un cas confirmé, pour les autres élèves, c’est la mise en œuvre du protocole de dépistage réactif avec la suspension de l’accueil en présentiel des autres élèves dans l’attente de la réalisation d’un test.

Pour les élèves ou le personnel cas confirmé : il ne doit pas se rendre à l’école ou dans l’établissement avant un délai de 5 à 10 jours. L’isolement peut être levé à 7 jours ou à 5 jours selon les cas. » ( changement de dernière minute le 2 janvier)

Pour les cas contact : s’agissant des élèves de moins de 12 ans, indépendamment de leur statut vaccinal … ils n’ont pas à s’isoler s’ils réalisent un test antigénique ou PCR immédiat puis des autotests à J2 et J4 avec déclaration sur l’honneur des parents de la réalisation des tests. Cette évolution est entrée en vigueur à compter du lundi 3 janvier 2022.

« En l’absence de présentation d’un test, la suspension de l’accueil en présentiel est maintenue pour la durée de 7 jours qui peut être ramenée à 5 jours (avec Test A ou PCR négatif), pendant laquelle les élèves concernés bénéficient de l’apprentissage à distance. » « L’information communiquée par l’école vaut justificatif de la suspension de l’accueil. »

Cela engendre pour l’enseignant d’organiser à la fois le « présentiel » et le « distanciel », et pour le directeur l’envoi d’informations aux familles avec les difficultés d’envoi des mails (le nombre d’envoi de mails est limité par l’académie et la quantité de mails à envoyer devient ingérable : « Quand on informe une classe de 25, c’est 50 mails qui partent :1 par responsable légale pour être sûr que les parents aient l’info pour dire de venir chercher leur enfant, 50 autres pour faire suivre les préconisations de la cellule covid, et on est limité à 200 par heure. »)

Inacceptable !

Il est donc demandé « à l’école » de gérer le contrôle des tests, et d’autoriser ou non les élèves à revenir !

Ci-dessous, les données « floues », « dans la mesure du possible », qui sont laissées à la décision des directeurs en tant que responsable et puisque la loi Rilhac est votée … ! (D’où l’importance de se mobiliser contre cette Loi, voir notre dernier mail : motions, pétitions, AG sur vos écoles...)

- Les moments de convivialité (vœux, galettes…) entre élèves et personnels ou entre personnels doivent être prohibés.

- Les réunions avec les parents d’élèves organisées au sein d’une école sont « vivement déconseillées ». Afin de maintenir le lien, indispensable, avec les familles, des rendez-vous individuels seront proposés aux responsables légaux, de préférence à distance.

- Les réunions entre professeurs : elles doivent de manière prioritaire être organisées à distance.

- Les intervenants extérieurs sont autorisés à intervenir dans les établissements scolaires sous réserve d’accord préalable du directeur d’école et dans le respect du cadre sanitaire applicable à l’établissement.

- L’EPS : « compte tenu de la situation épidémique et à compter du lundi 3 janvier 2022, il est très fortement recommandé de prioriser les activités physiques et sportives en extérieur. Lorsque la pratique en extérieur est impossible, des activités de basse intensité compatibles avec le port du masque et les règles de distanciation doivent être privilégiées » ; s’agissant des activités aquatiques, elles demeurent possibles et organisées dans le respect d’une distanciation adaptée. (page 34)

- Les Sorties Scolaires : il est « vivement recommandé » de reporter les sorties scolaires comportant des activités en espace clos (théâtre, musée, cinéma …), celles se déroulant à l’air libre (promenade en forêt, course d’orientation …) pouvant naturellement être maintenues. S’agissant des voyages scolaires, il est également conseillé de les reporter dans la mesure du possible.

Aucun passe sanitaire n’est à présenter par les élèves et les adultes qui les encadrent (enseignants, accompagnateurs) dans le cadre des activités scolaires ou périscolaires lorsqu’elles ont lieu de manière habituelle dans un établissement distinct de l’établissement scolaire et soumis à passe sanitaire (piscine, gymnase, stade, conservatoire…). Page 27


Pour chaque problème rencontré, FO propose une consigne syndicale !

1/ « Lorsqu’un enseignant est absent et dans l’attente de son remplacement, le non brassage entre les classes doit être respecté. Les élèves ne peuvent donc être répartis dans les autres classes » dixit la FAQ.

Si votre IEN vous demande de répartir les élèves, de les placer dans une salle « proche » d’une classe avec un enseignant « à côté », cette consigne verbale d’un IEN ne peut remettre en cause la consigne ministérielle (en engageant votre responsabilité) Les directeurs et les adjoints ne sont pas responsables du manque de remplaçants. C’est au ministère d’assumer les conséquences de son refus, depuis des années et malgré nos demandes répétées, d’abonder la brigade de remplacement, de recruter sur la liste complémentaire. Saisissez immédiatement le SNUDI FO 85 !

2/ Les directeurs sont sommés d’assurer le suivi des résultats des tests des élèves

Cela ne relève absolument pas de leurs prérogatives. Un arrêté du Conseil constitutionnel du 9 novembre à censuré l’accès des chefs d’établissement et des directeurs d’école au statut virologique des élèves. Ce travail n’est donc pas obligatoire !


3/ les directeurs et l’équipe sont en 1ères lignes face au mécontentement légitime des parents qui doivent quitter leur travail

Vous n’êtes pas responsables de cette situation imposée par le ministère. Vous informez l’IEN en cas d’incident. En cas d’agression physique ou verbale, contactez le syndicat qui vous donnera la marche à suivre.

4/ Vous subissez une pression pour assurer à la fois l’enseignement en présentiel et la continuité pédagogique pour tous les élèves absents

Votre mission est d’assurer l’enseignement en présentiel. Rappelons que la notion de « télétravail » n’existe pas dans notre profession, le travail "à distance" ne peut relever que du volontariat de l’enseignant. Vous n’êtes pas responsables de la dégradation de la situation qui vous empêche de pouvoir suivre votre progression et votre programmation.

cale




SPIP 3.2.5 [24404] habillé par le Snudi Fo